Le travail domestique à Madagascar

Le travail domestique à Madagascar: l'augmentation des demandeurs d'emploi, la formation, les enfants travailleurs domestiques, les dangers du travail domestique

Quel est le facteur à l’origine de l’augmentation des demandeurs d’emploi ?
Le nombre de demandeurs d'emploi dans le secteur du travail domestique est en augmentation depuis la crise de 2009, mais les recrutements stagnent quasiment au même niveau, voire en baisse.
Une quinzaine de dossiers par semaine. C'est le nombre moyen de dossiers reçus par les agences de placement, par les demandeurs d'emploi comme domestique ou aide ménagère. Depuis le début de la crise de 2009 et les fermetures en série des entreprises franches, un nombre important d'anciennes employées de ces sociétés sont devenues sans emploi du jour au lendemain et se sont tournées vers le travail domestique. D'où une offre en augmentation qui se mesure auprès des agences de placement au vu du nombre de candidatures enregistrées. De manière plus informelle, le foisonnement des petites annonces, cherchant un emploi d'aide ménagère, de nénène et de gens de maison, témoigne de l'augmentation de l'offre dans ce domaine.

Comment combler la lacune liée à la formation pour les demandeurs d’emploi ?
Certaines agences de placement s'efforcent de combler cette lacune en formant les personnes demandeuses d'emploi. Une candidate à un poste d'aide ménagère sera, par exemple, formée en matière de cuisine, d'éducation à l'hygiène et de nettoyage, de savoir vivre et elle est également initiée à l'utilisation des appareils électroménagers les plus courants. De telles initiatives permettent aux demandeuses d'emploi de renforcer leurs compétences afin de pouvoir prétendre à des salaires plus motivants et aux recruteurs de trouver plus facilement ce qu'ils recherchent, sans pour autant être totalement sûrs de tomber sur la ...perle rare !

Quelle est la protection réservée aux enfants travailleurs domestiques ?
Dans ce pays où le travail domestique des enfants est de plus en plus banalisé, aucune donnée fiable n'est disponible. On estime, toutefois, qu'il y a une prédominance de filles, plus demandées pour devenir travailleuses domestiques dans des familles citadines et ce, sans aucune forme de protection, ni de sécurité. La majorité d'entre elles ne perçoivent pas directement leurs salaires, lesquels sont versés aux parents.
Parmi la prévention et la protection des enfants domestiques figurent le retrait et la prise en charge directe des enfants n’ayant pas l’âge minimal. Vient ensuite l’adoption de lois, de politique et de programmes spécifiques pour les enfants domestiques touchant principalement leur santé, physique et psychologique, exposée à des risques plus graves que celle des enfants ayant une vie normale.
Les enfants domestiques constituent certainement une figure emblématique du travail des enfants à Madagascar comme dans beaucoup de pays pauvres. Il s’agit pourtant d’un phénomène classé dans la catégorie des pires formes de travail des enfants. Il constitue un cas de traite des enfants et est visé explicitement par la législation malgache comme à abolir.

Les cas de maltraitance et de violence ne sont pas peu nombreux, mais rares sont les victimes qui osent porter de telles affaires en justice. Les exceptions, largement médiatisées, portent essentiellement sur des violences graves portées sur des enfants travailleurs domestiques, dans la plupart des cas, secourus par des voisins, témoins de telles scènes.
Le phénomène du travail domestique des enfants n'est pas près de s'estomper, bien au contraire, dans un pays où la pauvreté gagne du terrain.
Près de deux millions d'enfants malgaches sont concernés. La problématique du travail des enfants demeure une réalité dans le pays depuis des décennies. Le travail domestique figure alors parmi les travaux les plus fréquents, exercés par les enfants, notamment les filles, dont la plupart sont issues de familles habitant en zones rurales.
Les régions du Vakinankaratra et de l'Amoron'i Mania sont particulièrement concernées : une proportion conséquente de filles qui exercent le métier d'aide familiale dans la capitale et ses environs, sont issues de ces régions. Venant d'autres régions et engagées comme domestiques aussi elles arrivent toutes dans la capitale sans passer par aucune structure formelle. Une situation qui ne protège guère ces filles des dérives de toutes sortes : surcharge de travail, violences et maltraitances, mauvaises conditions de travail, salaires en dessous du minimum légal et autres exploitations.

Quels sont les dangers du travail domestique que rencontrent les enfants travailleurs domestiques ?
Le travail domestique est effectué par des enfants en dessous de l’âge minimum légal d’admission à l’emploi, mais moins de 18 ans et étant soumis à des conditions proches de l’esclavage, dangereuses ou relevant de l’exploitation. Les enfants domestiques effectuent des travaux très divers à l’intérieur et à l’extérieur des domiciles des employeurs
Parfois, la perception du travail domestique est considérée comme une force de placement de l’enfant, surtout pour les filles, soit pour accroître le revenu de la famille ou simplement pour réduire la charge familiale. Et pire, le service domestique est perçu comme un travail de femme, apte et approprié pour les femmes et les filles en ignorant les risques et les dangers auxquels elles sont exposées lors de l’exercice du métier. Le niveau des dangers se traduit au niveau des tâches, des heures de travail, de l’harcèlement, de la violence et de l’isolement car les enfants domestiques sont souvent victimes de discrimination dans le foyer.

Liens utiles:
Le salaire minimum à Madagascar
Le Contrôle des salaires

Enquête Salariale
12>12, groupe Facebook sur le travail domestique

Citer cette page © WageIndicator 2017 - Votresalaire.org/Madagascar - Le travail domestique à Madagascar